Métier de passion pratiqué par des amoureux des animaux, métier artistique, le toilettage est aussi un métier où la productivité est essentielle.

Que l’on travaille “à son compte”, ou que l’on soit salarié, la rémunération est toujours proportionnelle au nombre de toilettes effectuées chaque jour. C’est une technique gestuelle rigoureuse qui permettra au professionnel d’exercer ce métier de façon extrêmement profitable.

Par ailleurs, les fournisseurs mettent au service des professionnels nombreux produits et accessoires, qu’il convient de savoir mettre en oeuvre de manière efficace. Il existe une réelle technique du toilettage, avec ce qu’il convient d’appeler, à juste titre, de “nouvelles technologies”.

Les règles de la concurrence, la professionalisation de l’offre de toilettage ont pour conséquence que l’on ne peut plus aujourd’hui s’improviser toiletteur : seul un apprentissage méthodique et rigoureux permettront de se placer en position favorable sur ce marché.

Le toiletteur ne doit pas limiter son action au seul domaine canin. Il existe une clientèle significative pour le chat, mais aussi pour nombre d’autres animaux de compagnie. D’une façon générale, il n’est pas exagéré de dire que tous les petits mammifères de compagnie vivant en très grande proximité de l’homme devraient être régulièrement baignés.

On est loin de l’activité du “tondeur” d’hier, qui souvent limitait son activité au seul toilettage des races de chiens réputées caniches ! C’est d’ailleurs heureux pour la profession, les caniches se comptant chaque année moins nombreux, au point de devenir tout à fait minoritaires dans de très nombreux salons de toilettage.

Notons encore que dans la plupart des cas, les toiletteurs, salariés ou entrepreneurs, ont une ou plusieurs activités complémentaires : élevage, conduite des chiens de concours de beauté et/ou de travail, éducation canine…

-> Lire aussi :

toilettage, les mots pour le dire

-> Être conseillé :

informations_210-50